travail et salariat

Critiquer la société capitaliste, c’est bien, réclamer un autre monde possible, c’est légitime, mais tout cela restera incantatoire si nous ne disons pas ce que cet autre monde sera.


Critique du texte sur l’antiracisme proposé dans le cadre de solidaritéS

Religion, islamophobie, travail antiraciste et féminisme (II)

mercredi 31 mars 2010 par Christian Tirefort, Eric Decarro

Nous présentons ci-dessous la deuxième partie de notre « critique du texte sur l’antiracisme proposé dans le cadre de SolidaritéS ». On trouvera en introduction de la 1ère partie (voir : http://www.travail-et-salariat.org/spip/spip.php?article25) qui porte sur « la question de la religion » des indications plus détaillées sur les motivations qui nous ont amenés à formuler ces critiques.

Nous avons choisi de citer les passages du texte sur lesquels porte notre désaccord, puis de formuler nos critiques sur le fond. Chacun-e pourra ainsi comparer le contenu du texte critiqué avec l’interprétation que nous en donnons et se former sa propre opinion. Ceux ou celles qui désirent avoir l’intégralité du texte incriminé peuvent s’adresser au secrétariat de solidaritéS

Cette seconde partie traite de « la question de la femme » (ce titre figure dans le texte critiqué) et du débat en cours sur le port du voile et de la burqa. Dans une 3ème partie, nous formulerons quelques remarques critiques plus générales portant sur « l’anti-impérialisme et le colonialisme aujourd’hui » et sur « la manipulation du sentiment d’insécurité et de l’inquiétude identitaire ».

Nous ne prétendons pas traiter du problème du féminisme de manière exhaustive et dans toute sa dimension ; nous nous limitons à la question posée par Karl Grünberg, c’est-à-dire essentiellement la relation entre femmes et religions.

2me partie « La question de la femme »

1.

Sous ce titre, Karl Grünberg écrit ce qui suit :
« La « femme » a été manipulée par le racisme islamophobe qui en a fait l’otage de l’impérialisme colonialiste au même titre que le « progrès » en avait été l’otage au 19e et au début du 20ème siècle ».

Nous ne pouvons en aucune manière être d’accord avec cette affirmation. Pour décrypter ce positionnement, décomposons-le en trois phases :

A) « La « femme » a été manipulée par le racisme islamophobe… ».
Pourquoi l’auteur parle-t-il de « la femme », et non des femmes ?
Si l’on comprend bien, la « femme » dont il est question ici est une notion abstraite : elle correspond grosso modo aux acquis culturels en vigueur dans nos sociétés occidentales, lesquelles sont, selon Karl, « impérialistes colonialistes ». Le racisme islamophobe se serait saisi de cette femme, il s’y serait référé explicitement ou implicitement dans son combat contre l’islam. Ainsi tout comme la démocratie ou la laïcité, il aurait instrumentalisé le féminisme à ses fins.

Karl Grünberg n’est manifestement pas satisfait de cette conception de « la femme ». Il estime que cette « femme », avec guillemets, est en général manipulée. Il critique cette notion de la femme en la rapportant à la réalité des rapports de genre dans les pays occidentaux, réalité caractérisée par « une prétendue reconnaissance du droit des femmes ». [1] Il lui oppose alors une autre conception de « la femme » intégrant toute la diversité culturelle présente au sein de la population féminine, en particulier parmi les travailleuses.

La « femme », telle que la conçoit Karl Grünberg, doit avoir rompu avec cette conscience aliénée, imprégnée de tous les préjugés idéologiques qui dominent dans les sociétés impérialistes colonialistes. Elle doit être libérée de tout préjugé envers les autres cultures et religions. Elle accepte la diversité culturelle, en particulier celle des femmes musulmanes. Selon Karl, ces dernières – comme d’autres croyantes –vivraient toutes librement leur religion, laquelle, bien sûr, est socialement neutre, sans contenu ou contrainte idéologique. Ces femmes ne sont donc pas, quant à elles, confrontées à une religion chargée de préjugés idéologiques. Elles ne sont pas soumises à la pression familiale ou communautaire pour régler leur vie quotidienne en conformité avec les préceptes religieux, elles obéissent uniquement à leur foi et à Dieu. C’est leur liberté, et celle-ci doit être respectée. Dans cette conception, il n’existe aucun rapport, aucun point de passage entre « la soumission à Dieu » et « la soumission de l’individu à l’Autorité et à l’Etat », entre « la soumission à Dieu » et « la soumission de la femme à l’homme ».

Selon Karl Grünberg, celles et ceux qui imputent de tels préjugés à la religion islamique dérapent vers le racisme « islamophobe ». Pour lui la religion constitue un tout « bon en soi », à prendre telle qu’elle est, puisqu’elle fait partie d’un acquis culturel qui, par définition, n’est pas discutable. Dire autre chose, par exemple que l’islam prône un rapport homme/femme hiérarchique et patriarcal dégradant tant pour l’homme que pour la femme serait refuser la culture des autres pour imposer la sienne, ce serait une forme d’impérialisme culturel.

B) La « femme », entre guillemets, « manipulée par le racisme islamophobe » est de plus « l’otage de l’impérialisme colonialiste ». Les islamophobes sont donc les servants de l’impérialisme colonialiste… et les islamophobes sont tous ceux qui critiquent l’islam, donc les islamistes, ils ne comprennent pas que par leurs critiques ils deviennent des otages de « l’impérialisme colonialiste ». Ne pas être d’accord avec les préceptes religieux de l’islam fait de nous des racistes islamophobes suppôts de « l’impérialisme colonialiste ». Il n’y a là aucune place pour la discussion, seul l’anathème reste, nous toutes et tous qui doutons serions des suppôts de « l’impérialisme islamophobe ».

C) Selon Karl, le « progrès » aurait subi le même sort que la femme au 19e et au début du 20e siècle, il aurait été l’otage de « l’impérialisme colonialiste ». Qu’a-t-il subi avant le 19e et le début du 20e siècle, ou encore après le début du 20e siècle ? On ne le sait pas. De qui était-il l’otage avant et après ? Etait-il neutre ? Comment se fait-il que le « progrès » ait été pris en otage précisément au 19e et au début du 20e siècle, ni avant, ni après ? Karl ne nous le dit pas.

S’il avait examiné cette question, il aurait probablement admis qu’il y avait une domination de classe avant et après le 19e et le début du 20e siècle, et que si le « progrès » a été l’otage de « l’impérialisme colonialiste », c’est parce que celui-ci n’était qu’une forme de la domination de classe, que c’est elle qui a pris le progrès en otage avant, pendant et après « l’impérialisme colonialiste ». Et peut-être Karl aurait-il dû reconnaître que la domination sur la femme est une constituante de base de cette domination de classe, que les religions, l’islam ou les autres, sont non seulement des instruments d’oppression des femmes mais aussi de désarmement idéologique des travailleurs/euses, elles prennent en effet en otage tant la possibilité d’émancipation des femmes, en tant que telles, que celle des travailleurs et travailleuses.

Il aurait peut-être aussi réalisé que la religion prétend – contre les scientifiques - connaître le mystère de la « création », et que c’est pour cela qu’elle est régulièrement opposée à la science, ou encore au « progrès ». Il en aurait alors peut-être conclu que la tâche de la gauche n’est pas de s’arrimer à un char religieux, quel qu’il soit, mais de s’en libérer pour créer sa propre vision du monde, un monde libéré des classes sociales, de la domination patriarcale et des préjugés religieux.

2.

Karl a raison sur un point : les forces d’extrême-droite – pas uniquement elles − font référence, entre autres valeurs [2], au féminisme lorsqu’elles s’attaquent à la religion islamique, elles visent ainsi plus loin, les musulmans dans leur ensemble. Elles se cachent derrière des valeurs aujourd’hui encore tolérées dans nos sociétés pour les besoins de leur cause. Mais il est clair que ces forces n’invoquent le féminisme que pour leur propagande, pour parvenir à leurs fins ; dans les faits, elles n’hésitent pas à fouler au pied toutes les valeurs démocratiques, a fortiori celles imposées par le mouvement féministe, en particulier l’égalité de genre, elles prônent le patriarcat le plus rétrograde. Elles instrumentalisent le féminisme pour leur propagande, mais dans les faits elles le combattent. Leur prétendu féminisme ne doit donc en aucun cas être pris pour argent comptant. Il en va de même de leur prétendue défense de la démocratie et de la laïcité.

Cela dit, doit-on prendre exactement le contre-pied de leur position, réagir en termes exactement symétriques, par exemple comme suit : « les islamophobes critiquent l’islam, cette critique est une forme de l’impérialisme culturel des sociétés colonialistes occidentales, nous devons donc défendre inconditionnellement l’islam victime de cet impérialisme, cela est en même temps une défense des droits humains et de la liberté qui relève d’une résistance à l’impérialisme dans nos pays mêmes ». Une telle réponse, en termes inversés et purement réactive, nous cantonnerait sur le terrain que nous imposent les islamophobes, celui de la religion, pour ou contre l’islam, et nous amènerait à fermer les yeux sur les conceptions et pratiques réactionnaires de l’islam et d’autres religions monothéistes. Ce faisant, nous affaiblirions y compris notre combat contre le racisme anti-musulmans, notamment celui de l’UDC.

L’initiative « anti-minarets » de l’UDC visait en effet 2 buts : 1) à travers une charge contre l’islam, attaquer les musulmans dans leur ensemble, comme le prouvent les déclarations d’Ulrich Schlüer [3], l’un des initiateurs de cette initiative raciste, selon lequel « les musulmans sont trop nombreux en Suisse » ; 2) réaffirmer la prééminence de la religion chrétienne sur toutes les autres.

Quant à nous, face à de telles initiatives, nous n’avons pas à prendre parti pour une religion contre une autre ; nous devons combattre ce racisme anti-musulman à partir de nos propres valeurs et principes.
Nous défendons le droit pour chacun de croire ou de ne pas croire, nous défendons le droit pour tous les croyants – les musulmans, comme les autres - de pratiquer la religion de leur choix ; mais nous défendons tout aussi fermement notre droit à la critique des religions, quelles qu’elles soient, ainsi que le principe de la séparation de l’Etat et de la religion.

3.

Dans la conception de Karl, il n’y a plus de domaine universel (par exemple celui des droits humains) : toute tentative d’universalisation des conquêtes du siècle des lumières est purement et simplement assimilée à de « l’impérialisme culturel ». Le fait que les valeurs prônées lors du siècle des lumières aient bien souvent été instrumentalisées par les puissances colonialistes ne doit pas mener à leur négation, à prétendre qu’elles auraient été la cause de l’expansion coloniale ou même, comme certains hauts prélats de l’Eglise catholique l’insinuent, que l’esprit des lumières aurait engendré Auschwitz [4]
.

Selon la conception de Karl, les contradictions au sein des sociétés « impérialistes colonialistes » sont inexistantes, elles sont évacuées. Cette conception relève d’un déterminisme mécaniste : tout est écrasé sous l’impérialisme colonialiste ; tous les droits qui existent dans nos sociétés deviennent eux-mêmes des attributs de l’impérialisme colonialiste, ils sont tous surdéterminés par lui. Avec une telle position, on en vient à nier qu’il y ait, ou qu’il y ait eu des aspects « progressistes » (plus avancés) au sein de certaines sociétés par rapport à d’autres, aspects aujourd’hui souvent attaqués mais que nous devons impérativement défendre (par exemple, le droit au divorce et à l’avortement, la liberté pour chacun.e de déterminer son orientation sexuelle, la liberté d’expression, la liberté de réunion, etc.) ; on disqualifie par avance nos propres combats pour les droits démocratiques, les droits des femmes, la laïcité, etc.

D’un côté, Karl prend au mot les forces d’extrême-droite quand elles se réfèrent au féminisme pour attaquer l’islam ; d’un autre côté, il jette le bébé avec l’eau du bain en critiquant les mouvements féministes qui combattent la domination patriarcale, cela sous prétexte que ces mouvements en développement dans certaines sociétés occidentales seraient manipulés par l’impérialisme colonialiste.

Et il persiste et signe dans un autre texte [5] lorsqu’il écrit que l’islamophobie se serait développée « en défense d’une nouvelle politique impérialiste et coloniale menée au nom d’une prétendue supériorité occidentale qu’exprimeraient ses institutions soi-disant démocratiques et sa prétendue reconnaissance des droits des femmes ».

Qu’on doive critiquer avec force une grille de lecture qui, au nom de la démocratie, justifierait les guerres impérialistes, les agressions et interventions armées, ou encore l’établissement de bases militaires dans le monde entier, n’est pas contestable, mais de là à aller jusqu’à nier des droits démocratiques souvent conquis au terme de dures luttes et de révolutions, il y a un fossé que nous ne franchirons pas.

Nous connaissons les limites de la démocratie dans les sociétés capitalistes, nous savons que les espaces et les droits démocratiques sont de plus en plus attaqués pour les besoins du capital et que les inégalités sociales galopantes dans nos sociétés sapent l’égalité en droit des citoyens, nous connaissons les discriminations de toutes sortes subies par les travailleuses, cela malgré les lois sur l’égalité hommes-femmes, nous sommes plus que conscients que les pays capitalistes dits développés sont en train de s’ériger en forteresses pour faire barrage aux migrations en provenance des ex colonies ; nous refusons cependant de jeter le bébé avec l’eau du bain, et pour cela nous continuerons notre combat pour maintenir et développer les droits démocratiques.

Ces espaces démocratiques sont des points d’appui pour notre combat pour en finir avec le capitalisme et ils constituent des bases y compris du système alternatif que nous voulons opposer à la barbarie aujourd’hui dominante. Aussi limités et insuffisants soient-ils, nous refusons de tirer un trait sur ces droits, et nous refusons de les considérer tous comme des pseudo-droits marqués du sceau de l’impérialisme colonialiste.

Certes au regard de ce qu’ils devraient être dans une société alternative au capitalisme ces droits démocratiques sont à relativiser, mais pas au regard de ce qui se passe aujourd’hui dans certaines sociétés qui les nient et les bafouent au nom de l’obscurantisme religieux qu’elles veulent imposer.

Même limités, tout droit démocratique doit être défendu, c’est à partir de cette défense qu’ils pourront être étendus. C’est une partie importante de notre contribution au combat pour les droits démocratiques menés par les mouvements de travailleurs/euses partout dans le monde, c’est aussi une partie de notre contribution au combat pour l’égalité hommes/femmes dans le monde entier.

4.

Après avoir affirmé que « la femme » serait « manipulée par le racisme islamophobe qui en a fait l’otage de l’impérialisme colonialiste », Karl poursuit :
« Un certain nombre de courants se revendiquant du féminisme, sont proches de la social-démocratie ou des verts. La social-démocratie et beaucoup de verts adhèrent au colonialisme impérialiste. Ces courants ont stimulé au sein d’un mouvement féministe nécrosé l’illusion que la lutte contre l’islam était sienne. L’illusion, parfois, qu’au creux de ce foyer sa flamme serait réanimée ».

Ce raisonnement en forme de syllogisme est tout aussi simpliste et inacceptable : un certain nombre de courants se réclamant du féminisme sont proches de la social-démocratie ou des verts ; or, la social-démocratie et beaucoup de verts adhèrent au colonialisme impérialiste ; donc ces courants féministes expriment les positions colonialistes impérialistes lorsqu’ils critiquent l’islam.

Par extension, cette position on ne peut plus mécaniste tend à assimiler tout le mouvement féministe, parce qu’il critique l’islam, à une position colonialiste impérialiste. Karl parle en effet d’abord « d’un certain nombre de courants féministes » pour passer ensuite à l’ensemble du mouvement féministe, « un mouvement féministe nécrosé au sein duquel ces courants ont stimulé l’illusion que la lutte contre l’islam était sienne ». C’est tout juste si Karl ne pointe pas la cause de cette prétendue « nécrose » dans le fait que le mouvement féministe critique les religions, tout particulièrement l’islam.

Selon nous, la critique qu’adresse le mouvement féministe aux conceptions et pratiques réactionnaires inscrites dans l’islam, comme dans les autres religions monothéistes, est parfaitement juste et légitime. Cette critique est par ailleurs presque toujours bien ciblée puisqu’elle touche essentiellement l’assujettissement des femmes, leur domination par les hommes.

5.

Karl développe ensuite son raisonnement :
« Notre point de vue est celui de la relance d’un mouvement féministe qui s’adresse aux femmes et aux travailleuses dans leur diversité, qui ne se réduise pas à la revendication de la parité politique, dernier terrain du combat pour la loi sur l’égalité hommes-femmes et de la grande grève de 1991 ».

Tout d’abord, la grève des femmes de 1991 en Suisse n’a pas porté principalement sur la question de la parité politique. Cette grève a porté au contraire pour l’essentiel sur la question de l’égalité professionnelle hommes/femmes. Un principe constitutionnel avait été voté en 1981, mais aucune loi d’application ne voyait le jour. La grève des femmes avait pour but, entre autres, de faire pression pour l’adoption d’une loi sur l’égalité, laquelle a finalement été adoptée peu après la grève des femmes. Cette loi sur l’égalité est relativement progressiste, mais, dans la pratique, elle est insuffisamment appliquée, elle souffre de la faiblesse du mouvement des travailleurs en général. Il conviendrait de se demander quelles causes profondes expliquent une telle résistance à l’application de ce principe d’égalité.

Karl appelle ensuite de ses vœux une relance du mouvement féministe qui devrait « s’adresser aux femmes et aux travailleuses dans leur diversité ». Cette déclaration passe-partout élude soigneusement la question de la domination patriarcale qui fonde toutes les religions monothéistes. En effet, toutes fonctionnent sur la base d’une seule et même ligne fortement hiérarchisée : d’abord Dieu, puis l’homme, ensuite la femme.

Par sa proposition de relance d’un mouvement féministe, Karl invalide le mouvement existant et ses positions de fond s’en prenant aux conceptions et pratiques réactionnaires tant de l’islam que d’autres religions monothéistes, dans la même foulée il invalide la critique féministe de la domination patriarcale [6] . Lorsqu’il invoque les « femmes et les travailleuses dans leur diversité », Karl cherche à concilier l’inconciliable : en effet, on ne peut à la fois vouloir se battre pour la « tolérance » à l’égard de celles qui portent le voile [7], c’est-à-dire un signe identitaire religieux qui symbolise la soumission de la femme et, en même temps, prôner l’affranchissement des femmes et leur égalité avec les hommes.

Nombre de féministes sont très cohérentes, elles critiquent aussi les autres religions. Les femmes mettent ainsi en évidence que par-delà la rivalité croissante entre elles, chacune cherchant à élargir son influence au détriment des autres, les religions sont unanimes lorsqu’il s’agit d’imposer la domination patriarcale, ou, comme l’ont montré les divers positionnements sur la question de l’avortement, de vouloir déposséder les femmes du contrôle sur leur propre corps, voire mutiler leur sexualité.

Si la critique féministe s’adresse plus fortement à la religion islamique, c’est que bien souvent les gouvernements des pays musulmans sont soumis à la loi de la Charia et, en son nom, n’hésitent pas à attaquer les droits démocratiques les plus élémentaires. La Charia imprègne ainsi tous les comportements personnels et tous les rapports sociétaux [8]. Ce qui, ailleurs, paraît parfois n’être plus qu’une survivance archaïque devient sous la Charia une pratique oppressive supplémentaire sur les femmes. Le siècle des lumières a fortement imprégné les pays européens, il a bien souvent développé une critique acérée de la religion. La religion y a perdu des combats. Elle a dû s’adapter au nouvel état de fait, nolens volens, tandis que les zones d’influence de l’islam paraissent généralement imperméables.

6.
Le voile et la burqua

Dans une lettre au périodique de solidaritéS, en réponse à l’article « lettre d’Alger d’une femme en colère », Karl Grünberg et Aldjia Moulaï reprennent la même antienne et défendent le port du voile ainsi que le port de la burqa au motif que cela participerait « du droit de se vêtir à sa guise », « un droit qui n’est pas conjoncturel, relatif ».

Et les auteurs de poursuivre : « une position laïque ne doit-elle pas accepter le port de ces pièces de vêtement sans leur attribuer de signification religieuse ? ». « Ne reconnaît-on pas le droit de chacun-e à se poser des piercings ou à se tatouer, à suivre les canons de la mode ou à s’y soumettre ? ».

Il n’y a pas pire façon de poser le problème. Le port intégral du voile, ou de la burqa ne sont pas de simples libertés vestimentaires, mais sont des attributs religieux ostensibles, des signes que les militants islamistes les plus radicaux veulent imposer partout. On agresse même parfois ceux ou celles qui prôneraient autre chose. Ce fut le cas, notamment en France, d’un imam qui s’est prononcé contre le port de la burqa. Ceux ou celles qui se cachent derrière une pseudo liberté de se vêtir comme ils/elles l’entendent placent leurs propres opinions subjectives avant le combat contre l’assujettissement de millions de femmes.

Innombrables sont les femmes qui n’ont pas d’autre horizon que celui de leur mari, de leur famille et de leur religion ou qui, contre leur gré, sous la contrainte, doivent leur vie durant cacher leur visage, voire ont été agressées parce qu’elles refusaient de porter le voile [9]. L’obligation du port du voile n’est-elle pas en de nombreux endroits un précepte qui a valeur de contrainte d’Etat ? Une contrainte d’Etat peut-elle être une liberté ? Que les femmes, parce qu’elles y sont contraintes, portent le voile dans les pays musulmans n’est pas une raison pour faire l’apologie du voile dans les pays non musulmans. De plus, présenter cela comme l’affirmation d’une liberté est passablement hypocrite. Face à l’injustice, ce n’est pas la liberté qu’il faut invoquer, c’est la justice. Le port du voile est une contrainte pour certaines, il est une marque de soumission, il est donc injuste. Sortir de là c’est plonger dans le sophisme et l’hypocrisie.

Nous considérons qu’une organisation anticapitaliste devrait prendre position contre le port du voile et de la burqa, faire connaître ses positions sur cette question (et plus fondamentalement sur la religion) et adopter des pratiques conséquentes de ce point de vue. Par contre, prendre position pour une loi qui interdirait le port du voile ou de la burqa pose de tout autres questions, parce qu’une telle loi apparaîtrait de toute évidence comme l’application de discriminations racistes à l’égard de l’ensemble de la communauté musulmane, dans la ligne du débat sur « l’identité nationale » en France. Elle pourrait de plus être utilisée dans un but démagogique par le pouvoir, par exemple dans la période actuelle de crise pour faire diversion aux problèmes sociaux, la montée du chômage et les attaques multiformes visant les travailleurs/euses et les populations.

Nous ne sommes pas d’accord avec une loi interdisant « d’en haut » le port du voile ou de la burqa. Une telle interdiction ne ferait que renforcer, l’influence des mouvements intégristes au sein des communautés musulmanes, elle leur permettrait de se poser en victimes. Elle accentuerait les réactions identitaires, non seulement parmi les hommes mais aussi et surtout parmi les femmes musulmanes, les premières concernées. De même que nous sommes contre les contraintes exercées sur les femmes dans les pays musulmans pour qu’elles se voilent ou se cachent derrière la burqa, nous sommes contre les contraintes exercées sur les femmes musulmanes dans nos pays pour leur interdire par la loi de porter le voile ou la burqa. Nous sommes contre toute répression policière ou judiciaire qui aurait pour but d’imposer cette interdiction d’en haut.

En revanche, nous sommes pour une stricte application de la laïcité, donc l’interdiction du voile ou de signes identitaires religieux quels qu’ils soient, musulmans ou d’autres religions, pour le personnel des administrations ou établissements publics.

7.

Il n’y a pas que les positions racistes, islamophobes et xénophobes de l’UDC ou des forces similaires qui divisent les travailleurs et les travailleuses ; lorsqu’elles sont imposées, les religions divisent aussi, non seulement elles anesthésient les créativités, mais, comme tout ce qui est imposé par la contrainte, elles impliquent l’usage de la violence et de la coercition [10].

Les islamistes fondamentalistes – tout comme les intégristes des autres religions monothéistes − font de la religion un critère absolu ; toutes les autres contradictions, y compris de classe, doivent lui céder le pas. La pseudo division musulmans/non musulmans (mais aussi chrétiens/non chrétiens ; juifs/non juifs ; religieux/athées) est ainsi substituée à la vraie contradiction entre ceux et celles qui travaillent socialement, pour le bien commun, et ceux et celles qui vivent de la course au profit et de l’exploitation du travail des premiers. Selon le concept véhiculés par les fondamentalistes religieux le monde serait divisé entre leur communauté de « croyants », quelle que soit leur position sociale, contre tous les autres, considérés comme des infidèles, des impies et des mécréants.

Les fondamentalistes de l’islam poussent ce type de communautarisme jusqu’à l’absurde, y compris jusqu’à la terreur, et ils envoient parfois leurs enfants (femmes ou hommes) se faire exploser pour en tuer d’autres.

8.

Sachant cela, le combat des féministes contre ces forces réactionnaires est non seulement justifié, il est aussi exemplaire.

Les critiques que nous formulons à l’encontre de l’intégrisme religieux, islamique ou autre, ne nous empêcheront pas de participer à des manifestations contre les guerres impérialistes au Moyen-Orient ou ailleurs dans le monde.

Nos dénonciations du bellicisme de l’Etat d’Israël contre Gaza ou contre le Liban n’en paraîtront que plus légitimes. Nous éliminerons toute confusion entre la lutte contre l’oppresseur israélien et le soutien à des intégrismes religieux.

Ce positionnement ne nous empêchera pas non plus de dénoncer le racisme islamophobe de l’UDC, et de ceux et celles, partis ou individus, qui lui emboîtent le pas, mais dans ces combats nous distinguerons soigneusement lutte contre le racisme et soutien à une quelconque religion. Nous resterons laïques jusqu’au bout des ongles.

Certes, le racisme et la xénophobie de l’UDC et de ses acolytes ne doivent pas être sous-estimés. Mais ils doivent être combattus à partir de nos idées et avec les forces sociales qui s’en saisiront à leur tour et les enrichiront. Et nous ne tomberons pas dans un angélisme béat, chez les islamistes comme ailleurs, nous le savons « tout le monde, il n’est pas beau, tout le monde il n’est pas gentil ». Nous combattrons aussi sans relâche contre tous les absolutismes, tous les autoritarismes, tous les obscurantismes et tous les réactionnaires qui les portent, qu’ils soient religieux ou pas.

Genève, mars 2010

[1Lettre de Karl Grünberg et Aldjia Moulaï, ACOR SOS Racisme, paru dans le n° 162 de SolidaritéS.

[2Ils se réfèrent aussi à la démocratie et à la laïcité.

[3Rappelons qu’Ulrich Schlüer a des antécédents en matière de racisme : il été président de l’association Suisse-Afrique du Sud du temps où sévissait l’apartheid dans ce pays.

[4Voir ces passages de l’ouvrage du cardinal Lustiger « Le choix de Dieu », cités par Gilles Kepel dans « La Revanche de Dieu » : « Je fais partie de cette génération qui a recueilli les fruits amers d’une prétention de la raison à une souveraineté sans mesure ». Cette « suffisance de la raison », qui ignore Dieu et n’aurait plus de compte à rendre qu’à elle-même, a trouvé son aboutissement dans les totalitarismes nazi ou stalinien. (…) Elle naît dans le siècle des Lumières (qui a engendré) le totalitarisme, c’est-à-dire la divinisation de la raison humaine qui refuse toute critique ». Ou encore : « …je crois que l’antisémitisme de Hitler relève de l’antisémitisme des Lumières et non d’un antisémitisme chrétien ».
En fait de divinisation de la raison humaine, c’est tout le contraire qui s’est passé, les totalitarismes ont pris le contre-pied de l’Esprit des Lumières comme en témoigne le déferlement de la barbarie, le déchaînement de l’hystérie et de l’irrationnel, les camps d’extermination des juifs, des tziganes et des opposants, les autodafés de livres, l’oppression de la libre critique et de la libre expression des idées.

[5Lettre de Karl Grünberg et Aldjia Moulaï, pour ACOR SOS Racisme, paru dans le n° 162 de SolidaritéS.

[6Que dans la lutte des travailleurs.euses, dans une grève par exemple, on doive s’adresser à toutes et tous, indépendamment de leur religion ou de leur croyance, c’est indiscutable. Dans un tel mouvement, on ne privilégiera nullement le critère religieux, l’enjeu principal consistera à intégrer tous les travailleurs et travailleuses dans la grève. Cela n’autorise pas, pour autant, à invalider la critique qu’adresse le mouvement féministe aux religions, en particulier à l’islam, car celle-ci s’attaque au noyau fondamental de la domination des hommes sur les femmes, le patriarcat.

[7Dans son film intitulé « « Voile sur la République », le réalisateur français Bernard Debord montre bien comment dans son pays le port du voile est imposé aux jeunes filles musulmanes sous la pression de leur communauté : celle qui porte le voile est considérée par sa famille et les habitants de son quartier comme « une fille bien », tandis que celle qui refuse de le porter est considérée comme « une rebelle », « une fille des boulevards ».

[8Dans le Conseil des droits de l’homme, les pays musulmans ont obtenu que la question de la Charia ne fasse l’objet d’aucune discussion et qu’aucune critique ne puisse être adressée à celle-ci. La Charia – ou des éléments de celle-ci - tendent désormais à être mise en œuvre par la plupart des gouvernements des pays musulmans.

[9De nombreuse femmes ont aussi été tuées pour avoir refusé un mariage arrangé, souvent avec un homme considérablement plus âgé, et voulu vivre leur amour pour un autre homme, parfois d’une autre confession, voire même athée.

[10Citons, parmi tant d’autres exemples, les assassinats perpétrés aux Etats-Unis par des intégristes chrétiens contre des médecins qui pratiquent l’avortement.